<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=346325690736295&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Investir

Comparaison entre FNB et fonds communs

Les FNB et les fonds communs de placement sont tous les deux des produits regroupant des investissements et qui aident les investisseurs à accéder aux marchés financiers.

Comparaison entre FNB et fonds communs
L'équipe Evermore

L'équipe Evermore

Nous méritons tous d’avoir confiance en nos finances. Evermore est là pour rendre les investissements judicieux accessibles à tous.

À l’automne 2021, alors qu’Evermore se préparait à lancer les FNB Evermore Retraite, nous avons demandé à Pollara Insights de réaliser un sondage auprès des investisseurs autonomes afin d’examiner la compréhension qu’ont les Canadiens des fonds négociés en bourse (FNB).

Nous avons découvert que 50 % des investisseurs autonomes au pays affirmaient ne pas s’y connaître en FNB – et cette proportion ne concerne que les Canadiens gérant la totalité ou une partie de leurs propres placements.

En revanche, la plupart des Canadiens connaissent les fonds communs de placement. Selon l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC), l’actif placé dans les fonds communs totalise plus de 2 000 milliards de dollars au pays. Cela représente plus de cinq fois les actifs actuellement détenus dans les FNB.

Trop de gens investissent encore dans des fonds communs de placement assortis de frais élevés. Nous voulons contribuer à changer cela.

Il y a plusieurs décennies, les fonds communs représentaient une innovation bienvenue qui permettait aux investisseurs ordinaires d’obtenir une diversification à des frais raisonnables comparativement à toute autre solution de placement alors offerte. Mais aujourd’hui, il existe des outils d’investissement facilement accessibles, diversifiés à l’échelle mondiale et à faibles frais. Alors, entre ses frais élevés (et dissimulés) et certains vendeurs de fonds communs qui se font passer pour des conseillers financiers neutres, il est impératif que le secteur des fonds communs de placement poursuive sa transformation.

Les Canadiens méritent de comprendre les autres possibilités qui s’offrent à eux.

Les Sections

En quoi les FNB et les fonds communs sont-ils semblables?

En quoi les FNB et les fonds communs different-ils?

Frais de gestion et d’exploitation

 

En quoi les FNB et les fonds communs sont-ils semblables?

Si l’on s’en tient à l’objectif fondamental de ces deux produits d’investissement, les fonds communs de placement et les FNB sont exactement les mêmes. Ils regroupent tous deux des fonds et investissent cet argent dans divers titres, comme des actions et des obligations, conformément à l’objectif d’investissement du fonds tel qu’il est mentionné dans son prospectus (un prospectus est un document qui décrit en détails les objectifs d’investissement du fonds, sa structure juridique et son fonctionnement).

L’avantage de ces deux outils est que l’investisseur peut plus facilement obtenir une exposition diversifiée aux marchés. Cette diversification dépend du fonds commun ou du FNB en question. Traditionnellement, le secteur des FNB a été dominé par les fonds indiciels, tandis que la majorité des fonds communs de placement sont administrés de façon active par des gestionnaires qui facturent des frais plus élevés parce qu’ils tentent de choisir des investissements qui battront leur indice de référence respectif, ce que la plupart ne parviennent pas à faire à long terme. Certains FNB qui sont gérés activement peuvent aussi comporter des frais élevés. Il ne faut donc pas croire que tous les FNB ont, par essence, des frais peu élevés.

 

En quoi les FNB et les fonds communs diffèrent-ils?

Les trois principales différences entre les FNB et les fonds communs de placement sont les suivantes :

  • l’accessibilité
  • la façon dont ils sont achetés et vendus
  • la structure des frais

Accessibilité

Les fonds communs de placement et les FNB sont accessibles par l’entremise de comptes de placement direct. Ce type de compte est offert par toutes les grandes banques canadiennes ainsi que par des établissements indépendants comme Questrade, Interactive Brokers ou Wealthsimple Trade.

Toutefois, si vous faites affaire avec un conseiller, il se peut que celui-ci ne soit pas autorisé à offrir des FNB, des actions et des obligations. La plupart des conseillers des succursales bancaires, et de certaines autres sociétés d’investissement non bancaires, ne sont généralement autorisés qu’à vendre des fonds communs de placement, et non pas à offrir à leurs clients l’éventail complet des meilleures options possibles. Ce sont des vendeurs qui ont intérêt à vous vendre une marque en particulier.

Transaction

Si vous voulez acheter ou vendre un fonds commun de placement ou un FNB, vous passez l’ordre dans votre compte de placement direct ou par l’intermédiaire de votre conseiller.

Avec les fonds communs, l’achat ou le rachat des parts de fonds communs de placement est effectué par la société de fonds à la fin de la journée, et le coût est calculé à la valeur unitaire du fonds commun à la fin de la journée.

Les FNB, par contre, se négocient en Bourse – vous êtes donc libre de les acheter et de les vendre à tout moment pendant les heures de négociation par l’intermédiaire de votre compte de placement direct ou de votre conseiller. Avec les FNB, vous avez un meilleur contrôle sur le prix de la transaction. Cet aspect est parfois mis en avant comme un avantage majeur des FNB, mais si vous êtes un investisseur à long terme, il n’a pas d’importance.

Les FNB sont achetés et vendus sous forme de parts entières, alors que les parts de fonds communs de placement sont fractionnées, à condition que votre investissement réponde aux exigences de placement minimal. Cela permet aux plans de réinvestissement automatique des dividendes (PRAD) d'être plus pratiques pour les fonds communs de placement, car avec les FNB ceux-ci auront souvent des liquidités résiduelles. Toutefois, ces liquidités résiduelles s'avèrent très faibles.

Frais

Le manque de transparence des frais est un problème sérieux pour les investisseurs canadiens depuis des décennies. Ce n’est que récemment, grâce aux règles établies par la deuxième phase du Modèle de relation client-conseiller (MRCC 2), que les courtiers et les conseillers en services financiers ont été contraints d’être plus transparents quant aux frais qu’ils facturent à leurs clients. Il est devenu plus difficile de cacher ces frais.

Les fonds communs de placement et les FNB comportent deux types de frais. Le premier consiste en des frais d’achat ou la commission d’achat et de vente des fonds, et le second en des frais de gestion et d’exploitation.

Frais d’acquisition des fonds communs

Les frais d’acquisition des fonds communs de placement sont des frais de transaction payés directement par les investisseurs, soit au moment où ils achètent le fonds, soit au moment où ils en sortent ou vendent des parts (frais de rachat).

La plupart des émetteurs de fonds communs de placement canadiens (la société qui crée le fonds commun de placement) vendent des fonds dont les options d’achat ou de vente varient selon la méthode de paiement des frais d’acquisition. Ces frais seront indiqués sur vos relevés de placement.

Les frais d’acquisition applicables dans le cadre de chaque option et la rémunération que le conseiller peut recevoir doivent être indiqués dans l’Aperçu du fonds. Il s’agit d’un bref résumé des informations clés du fonds, notamment sa composition, ses coûts et son historique de rendement.

Les fonds communs de placement peuvent être assortis des structures de frais suivantes :

Frais d’achat, ou frais d’acquisition

Les investisseurs paient une commission de vente directement au conseiller au moment où ils achètent des titres du fonds commun. La commission de vente du conseiller est déduite du montant total payé par l’investisseur, ce qui signifie que seul le montant restant est investi dans le fonds.

Frais de rachat, ou frais d’acquisition reportés

Les investisseurs paient des frais de rachat au moment où ils vendent des parts de certains fonds commun de placement. Le taux des frais d’acquisition reportés payables par les investisseurs au moment du rachat diminue au fur et à mesure qu’ils détiennent le placement et devient nul après une période de détention déterminée. C’est ce que l’on appelle le « calendrier de rachat ». Les frais d’acquisition reportés payés par un investisseur sont généralement de l’ordre de 6 % la première année, diminuent de 0,5 % à 1 % chaque année et tombent généralement à 0 % après une période de détention de cinq à sept ans. Il est à noter que les émetteurs de fonds communs de placement offrent généralement aux investisseurs la possibilité de racheter annuellement et sans frais jusqu’à 10 % de leurs titres assortis de frais de rachat.

Heureusement, une interdiction des frais de rachat a été émise et devrait entrer en vigueur le 1er juin 2022.

Frais réduits

Cette option fonctionne comme celle des fonds à frais d’acquisition reportés, mais avec un calendrier de rachat plus court, généralement de trois ans ou moins. Leur taux varie de 2 % à 3 % la première année, diminue de 1 % chaque année et tombe à 0 % après une période de détention de 2 ou 3 ans.

Sans frais d’acquisition

Dans ce cas, il n’y a pas de commission de vente pour les conseillers, ni à l’achat ni au moment du rachat par l’investisseur. En d’autres termes, il n’y a pas de frais de vente initiaux ou différés.

 

Frais d’acquisition des FNB

Les frais d’acquisition des FNB sont beaucoup plus simples. Les FNB n’ont pas de frais d’entrée ou de sortie, les seuls frais que vous payez pour acheter ou vendre sont ceux facturés par votre compte de placement direct ou votre conseiller.

Si quelques plateformes de placement direct ne facturent aucune commission, la plupart d’entre elles demandent un certain montant, généralement moins de 10 $ par transaction, et certaines offrent même un nombre donné de transactions sans commission pour les nouveaux comptes.

 

Frais de gestion et d’exploitation

Le deuxième type de frais est les frais courants du fonds.

Ceux-ci comprennent les frais de gestion et les dépenses effectuées par le fonds. Ces frais sont prélevés sur les actifs du fonds et sont payés directement par le fonds commun de placement ou le FNB lui-même.

Lorsque les fonds communs de placement et les FNB publient leur rendement, celui-ci est toujours net de ces frais courants. 

Ratio des frais de gestion (RFG)

Le ratio des frais de gestion (RFG) d’un fonds commun de placement ou d’un FNB correspond au total des coûts de gestion et d’exploitation annuels du fonds, exprimé en pourcentage de l’actif net moyen du fonds pour l’année en question.

Le RFG comprend les frais de gestion facturés par le gestionnaire du fonds, les frais administratifs, les taxes de vente et, dans le cas de la plupart des fonds communs de placement, une commission de suivi versée par la société de fonds au conseiller qui a vendu le fonds. Les FNB n’ont pas de commission de suivi.

Ratio de frais d’opération (RFO)

Les commissions de courtage payées par le fonds pour l’achat et la vente de titres au sein du fonds, ainsi que les marges payées pour toute transaction sur instruments dérivés, ne sont pas incluses dans le RFG. Ces coûts sont plutôt incorporés dans le prix de base rajusté (PBR) des placements au bilan du fonds jusqu’à ce qu’ils soient vendus. En d’autres termes, ils ne sont pas présentés comme des dépenses dans l’état des résultats, et ne sont pas non plus inclus dans le RFG.

Ces frais sont représentés par le ratio des frais d’opération (RFO), qui est présenté séparément du RFG dans le document Aperçu du fonds pour les fonds communs de placement et dans le document Aperçu du FNB pour les FNB.

Pour déterminer le total des frais d’opération d’un fonds, il faut ajouter le RFO au RFG. Le RFO est le total des commissions, des écarts et des autres coûts de transaction du portefeuille, exprimé en pourcentage de l’actif net moyen du fonds pour l’année. Pour de nombreux fonds, ce ratio est très faible et s’arrondit souvent à zéro. Comme le RFO est souvent négligeable, beaucoup de gens l’ignorent et supposent à tort que le RFG représente le coût d’exploitation total d’un fonds.

 

Sachez ce que vous payez

Si vous détenez des fonds communs de placement dans votre portefeuille, vous devez être pleinement conscient des frais qui vous sont facturés et considérer les autres solutions à frais réduits qui sont maintenant sur le marché.

L’univers des FNB continue de croître et permet aux Canadiens d’accéder à de nombreuses options à frais moindres, comme les FNB Evermore Retraite.

Elements Image

Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez les derniers articles et d'autres information utiles sur l'investissement sensé directement dans votre boîte de réception.

Articles les plus récents

Les 5 avantages des placements tout-en-un

Les 5 avantages des placements tout-en-un

Les FNB Evermore Retraite offrent la tranquillité d’esprit parce qu’ils constituent une solution tout-en-un pour la retraite, fondée sur de...

Qu’est-ce que l’investissement fondé sur les objectifs?

Qu’est-ce que l’investissement fondé sur les objectifs?

Cet article vous aidera à comprendre pourquoi vous mettez vos objectifs en premier.

Le placement direct, c’est quoi?

Le placement direct, c’est quoi?

Découvrez comment les comptes de placement direct (aussi appelés comptes de courtage ou comptes de courtage à escompte) peuvent vous aider ...